Faire son terreau soi-même

Le terreau écologique, qui consiste en un mélange de sable, d’argile et d’humus, est un élément essentiel utilisé par tout jardinier. Cela assure la croissance des plantes en leur fournissant les nutriments dont elles ont besoin. Il n’est pas compliqué d’en fabriquer soi-même. Voici des conseils pour créer un terreau écologique de feuilles.

Cueillette de feuilles

La première étape de fabrication s’apparente à celle mise en oeuvre dans la préparation d’un compost. À l’aide d’un râteau de jardin, raclez pour amasser des feuilles et des brindilles, en excluant les cailloux et morceaux de bois. Utilisez un broyeur de végétaux pour faciliter la décomposition.

Une autre méthode consiste à utiliser la tondeuse sur une parcelle de pelouse jonchée de feuilles pour obtenir un mélange de végétaux. L’idéal est d’effectuer cette tâche le lendemain d’un jour de pluie, alors que les feuilles sont humides.

Voici les espèces d’arbres à privilégier : érable, bouleau, cerisier, tilleul, viorne, noisetier, saule.

Ne gardez que les feuilles saines (dont vous n’apercevez pas de parasites et maladies).

Stockage des feuilles broyées

Créez un amoncellement dans un endroit précis du jardin, que vous devrez arroser régulièrement pour en favoriser la décomposition.

Ensuite, stockez ce mélange dans un composteur ou silo, que vous aurez préalablement positionné à l’ombre.

Mais vous pouvez aussi laisser le tas à l’air libre. Cependant, les feuilles risquent d’être déplacées par des coups de vent.

Commencez par établir une couche de feuilles d’environ 20 centimètres d’épaisseur. Ajoutez de la terre, du bois broyé et des brindilles. Ces éléments permettent aux micro-organismes de transformer les feuilles en humus.

Ajoutez une seconde couche de feuilles, et ainsi de suite. Vous pouvez ajouter des billes d’argile et des copeaux de bois broyés, pour obtenir une variation de composition.

Entretenir le terreau

L’humidité constitue un facteur clé de la réussite. Il est crucial d’assurer un entretien régulier de votre mélange, en y ajoutant de l’eau. Voilà pourquoi un emplacement à l’ombre fera en sorte que le tout se dessèche moins rapidement.

Une autre tâche d’entretien incontournable : retournez le mélange régulièrement.

Le printemps suivant, un brassage régulier sera requis, en plus d’ajouter d’autres déchets verts, comportant de l’azote, comme des orties et tontes de pelouse.

Au bout de six mois à une année, le produit devrait être à moitié prêt. Vous pouvez dès lors l’utiliser pour pailler le potager ou des plantes d’ornement.

Au bout de deux à trois années, le processus sera complété. Vous aurez un substrat noir et fin, qui s’utilise à toutes les étapes, pour les semis, le bouturage, le repiquage, et rempotage de plantes.

Prévoyez une fabrication d’environ 1 à 3 kilogrammes par mètre carré pour des arbres fruitiers, arbustes, certains légumes du potager et des plantes fleuries. Les légumes plus gourmands du potager, comme les potirons, pommes de terre, courgettes, aubergines et épinards, de même que les petits fruits, nécessiteront entre 3 à 5 kg par m².

Pour en savoir plus :